Des aides face à l’expulsion locative

Un propriétaire bailleur peut demander, devant la justice, l’expulsion de son locataire ou de l’occupant de son logement pour différentes raisons et à certaines conditions.
Si vous risquez l’expulsion de votre logement pour loyers impayés, la Fondation de l’Abbé-Pierre peut vous aidez. Appeler le 0810 001 505.

D’autre associations peuvent vous renseigner sur vos droits. Pour trouver les coordonnées de leurs structures dans votre département, visitez leurs sites :
• La CGL (Confédération Générale du Logement)
• La CSF (Confédération Syndicale des Familles)
• Le DAL (Droit Au Logement)
• L’ANIL (Agence Nationale pour l’information sur le logement) et les ADIL (Agence Départementale pour l’information sur le Logement)

Vous trouverez sur ces sites des informations relatives à vos droits :
Portail de l’Administration française
Jurislogement
Caisses d’allocations familiales

Photo: Droits réservés

Le pass sanitaire à Vénissieux

Depuis le 21 juillet, le pass sanitaire s’applique aux personnes de plus de 11 ans et est toujours exigé dans les situations de grands rassemblements (au-delà de 1 000 personnes) mais aussi dans tous les lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes. A compter de début août : dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, voyages en avions, trains et cars pour les trajets de longue distance.

Pour plus de renseignements,voir : 

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/pass-sanitaire

En ce qui concerne Vénissieux, la piscine Delaune, la Médiathèque Lucie-Aubrac et le Cinéma Gérard-Philipe sont concernés par le pass sanitaire depuis le 21 juillet. Les personnes de plus de 17 ans doivent présenter un pass sanitaire pour pouvoir entrer dans ces équipements, avec pour preuve l’un des documents suivants (papier ou numérique), soit le certificat de vaccination complète contre la Covid-19 avec le délai nécessaire de dernière injection, ou test PCR ou antigénique négatif de moins de 48h, ou certificat de rétablissement de la covid-19 (résultat d’un test PCR ou antigénique positif datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois). Le port du masque reste obligatoire en intérieur. Les équipes de la piscine, du cinéma et des bibliothèques continueront à vous accueillir dans le respect des gestes barrières tout en assurant votre bien-être et avec le plaisir de vous retrouver dans leurs  espaces de loisirs, de découverte et de culture.

Si l’obligation du port du masque en extérieur est levée sauf exceptions (regroupements, files d’attente, marchés, stades…), celui reste obligatoire dans les milieux clos  (entreprises, magasins, transports…).

L’évolution de la situation sanitaire a mené à la fin des dernières restrictions en vigueur (couvre-feu…) mais pas de la vigilance (maintien des gestes barrières et de la distanciation physique). Le télétravail est assoupli (retour de manière progressive et adaptée aux situations).

Le saison 2021/2022 de l’équipe fanion de Vénissieux Handball

Le collectif dirigé une saison encore par Olivier Odisio évoluera dans la poule 5 de Nationale 2. Les Vénissians auront fort à faire avec des clubs qu’ils ne connaissent que trop.

Le programme :
11 septembre à 20h30 : US Saint-Égrève Handball / VHB 
18 septembre à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / Dijon Métropole HB
25 ou 26 septembre : Saint-Étienne Handball / VHB
9 octobre à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / Annecy Handball
16 ou 17 octobre : Grenoble SMH Métropole Isère / VHB
23 octobre à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / ALC Longvic
13 ou 14 novembre : Saint-Priest Handball / VHB
20 novembre à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / AS Handball Club de Chalon
27 ou 28 novembre : Entente Beaujolaise / VHB
4 décembre à 20h au au gymnase Tola-Vologe : VHB / HBC Aix-en-Savoie
11 ou 12 décembre : USO Nevers HB / VHB
5 février 2022 à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / Saint-Égrève Handball
12 ou 13 février : Dijon Métropole HB / VHB
19 février à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / Saint-Étienne Handball
12 ou 13 mars : Annecy Handball / VHB
26 mars à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / Grenoble SMH Métropole Isère
2 ou 3 avril : ALC Longvic / VHB
9 avril à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / Saint-Priest Handball
23 ou 24 avril : AS Handball Club de Chalon / VHB
30 avril à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / Entente Beaujolaise
14 ou 15 mai : HBC Aix-en-Savoie / VHB
21 mai à 20h au gymnase Tola-Vologe : VHB / USO Nevers HB

Emmaüs et la Fage s’engagent pour les étudiant.e.s

Durant tout le mois de septembre, Emmaüs et la Fage ( (Fédération des associations générales étudiantes) se mobilisent en faveur des étudiants.
Du 1er septembre au 1er octobre, ces derniers pourront venir s’équiper à des prix réduits dans plusieurs dizaines de boutiques Emmaüs en France. Les étudiants accèderont à une gamme d’objets à des tarifs solidaires (20 à 50 % de réduction selon les lieux de vente) leur permettant de préparer la rentrée et d’équiper leur logement : meubles, électro, vaisselle… le tout sur simple présentation de leur carte d’étudiant. 
Une vingtaine de groupes Emmaüs prépare d’ores et déjà cet événement mais la liste définitive sera accessible à la fin du mois d’août. 
En plus de réductions sur les équipements et objets, ils pourront également assister à des ateliers organisés par la FAGE (Fédération des associations générales étudiantes), partenaire d’Emmaüs pour ce mois de solidarité spécial étudiants. 

QUELQUES CHIFFRES SUR LA PRÉCARITÉ DES JEUNES 
Pour la seconde année consécutive, la FAGE a publié une enquête commandée à l’institut de sondage IPSOS, retraçant ainsi les problématiques concernant l’ensemble des jeunes, qu’elles ou ils soient étudiants, en stage, à la recherche d’un emploi ou actifs. Les résultats montrent que la crise sanitaire a fortement accentué les situations d’exclusion et d’inégalités préexistantes chez les publics jeunes. Selon cette enquête FAGE/IPSOS, depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020 :  

  • 72% des 18-25 ans ont rencontré des difficultés financières 
  • 36% des étudiants qui exerçaient une activité rémunérée ont dû l’interrompre 
  • 35% craignent de ne plus pouvoir faire face à leurs dépenses de logement 
  • En France, depuis le début de la crise sanitaire, 20% des jeunes de 18 à 24 ans ont eu recours à l’aide alimentaire  
  • Les épiceries sociales et solidaires de la FAGE ont vu le nombre de leurs bénéficiaires passer de 3 000 à 13 000 et l’association a distribué plus de 150 000 paniers de biens alimentaires ou d’hygiène

Pour plus de renseignements concernant cette opération de 50% de réduction sur les meubles et l’électroménager:
https://emmaus-lyon.org/
https://www.instagram.com/emmauslyon/?hl=fr
https://www.facebook.com/emmauslyon/

Photo : © DR

La République doit être : « Culture »

Le discours prononcé en septembre 1931 par Féderico Garcia-Lorca lors de l’inauguration d’une bibliothèque du peuple à Fuente Vaqueros près de Grenade est tellement d’actualité, qu’Actu-Vénissieux vous le fait partager.
Cet immense poète espagnol fut assassiné en août 1936 par les sbires de la dictature franquiste. Il est tellement facile pour des incultes de faire taire l’intelligence pour imposer leur soif de pouvoir et de fric.
« Quand une personne va au théâtre, à un concert ou une autre fête de quelque nature que ce soit, si la soirée est à son goût, elle pense immédiatement aux gens qu’elle aime et regrette qu’elles ne soient pas présentes… C’est cette mélancolie que je ressens, non pas pour gens de la famille, car ce serait petit et mesquin, mais pour tous les êtres qui, par manque de moyens, ou par malchance, ne jouissent pas de ce bienfait suprême : la beauté qui est vie, qui est bonté, qui est sérénité, qui est passion. C’est pourquoi, je n’ai pas un seul livre, parce que j’en offre autant que j’en achète, un nombre infini, et c’est pourquoi, je suis ici, heureux d’avoir l’honneur d’inaugurer cette Bibliothèque du peuple, la première sans doute dans toute la province de Grenade. L’homme ne vit pas seulement de pain. Moi si j’avais faim et me trouvais démuni et à la rue, je ne mendierais pas un pain, je mendierais un demi-pain et un livre. Et je dénonce ici violemment ceux qui ne parlent que de revendications économiques, sans jamais mentionner les revendications culturelles que les peuples réclament à cor et à cri. Ce qu’il faut c’est que tous les hommes aient à manger, mais aussi que tous les hommes aient accès au savoir. Qu’ils jouissent de tous les fruits de l’esprit humain, sans quoi, on les convertit en machines au service de l’État, en esclaves d’une organisation sociale terrible.
Je plains beaucoup plus celui qui veut savoir, et ne le peut pas, qu’un affamé. Car un affamé pourra toujours calmer sa faim avec un morceau de pain ou quelques fruits, mais un homme qui a faim de savoir et n’en a pas les moyens endure une terrible agonie parce que ce sont des livres, des livres, de beaucoup de livres qu’il a besoin…La devise de la République doit être : « Culture ». Culture d’elle seule viendra la solution aux problèmes dans lesquels se débat aujourd’hui empli de foi, mais privé de lumière
. »

Discours extrait du livre Lucero ou la vie fulgurante d’Anibal Malbar aux éditions Asphalte.

1, 8 million de personnes lésées par la réforme des APL

En partant du postulat politique, bien peu social, d’économiser 1,1 milliard d’euros cette année, soit plus que les 750 millions estimés dans la loi de Finances 2021, la réforme du mode de calcul des APL a fait plus de perdants que de gagnants.
Tel est le constat du bilan chiffré publié le jeudi 22 juillet par le Ministère du logement.
Appliquée depuis le 1er janvier dernier, cette réforme modifie le mode de calcul des aides au logement.
Les aides personnalisées au logement (APL), allocations de logement familiales (ALF) et allocations de logement sociales (ALS) ne sont plus calculées sur la base des revenus d’il y a deux ans mais sur les ressources des douze derniers mois glissants, avec une actualisation de leur montant tous les 3 mois et non plus une fois par an.
Ce faisant, d’après les chiffres de la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF), que vient de publier le Ministère du Logement, sur les 5,975 millions d’allocataires, la réforme a été sans impact pour 52,2 % d’entre eux. Mais 29,6 % ont connu une baisse de leur allocation d’un montant moyen de 73 €.
Cela représente 1,769 million de personnes.
Parmi elles, 23 % ont vu leur APL baisser de 58 € en moyenne et 6,6 % ont totalement perdu leur droit aux APL, ce qui représente une perte moyenne de 126 €. Une diminution qui touche particulièrement les jeunes.
Début juin, une étude de l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (UNHAIj) menée auprès de 4 000 jeunes âgés de 15 à 30 ans montrait que 39 % avaient vu leur aide baisser de 38,50 € en moyenne.
Comme quoi, une réforme annoncée « plus juste » par le gouvernement fait à ce stade plus de perdants que de gagnants et ce à budget consacré constant.
Comme disait Francis Blanche : «  Il vaut mieux être riche et en bonne santé , que pauvre et malade ». On vit décidément une époque formidable !

Kristin Colard sur le podium de Marvejols/Mende

Si Mende rappelle aux amateurs de la petite reine de beaux souvenirs, notamment la victoire de Laurent Jalabert en 1995, la ville lozerienne est aussi réputée pour son semi -marathon de 22,4km : Marvejols / Mende dont la 48e édition s’est déroulée ce dimanche après deux ans d’absence pour les raisons sanitaires que tout le monde connaît.
Cette course légendaire n’est pas plate et comporte quelques rudes rampes comme le col de Goudard et la montée décisive de Chabrits.
Un parcours qui a inspiré l’athlète de l’AFA Feyzin-Vénissieux, Kristin Colard. Entraînée par Daniel Boisjot, celle-ci a terminé 3e féminine de la course 1h29:24. Elle a été devancée par Joyce Kiplimo ( Kenya) qui s’impose en 1h24:44 devant sa compatriote Naomi Chekpemoi en 1h27:48.

Vénissieux Handball affiche ses ambitions

L’équipe fanion de Vénissieux Handball reprend la direction des gymnases le 2 août.
Celle-ci vient d’étoffer son effectif en quantité et qualité avec les arrivées du gardien Grégory Thevenot (Villeurbanne – N1), Loïc Laurent (HG Saarlouis), Zacharia N’Diaye (Chartres – Pro Ligue 2), Ezra Ackah (Chambery N1) et Théo Gaspari (Cavigal Nice – Pro Ligue 2).
La saison dernière , le club avait constitué un effectif jeune et talentueux avant un arrêt brutal de la saison après seulement une journée de championnat où l’effectif avait ébloui les suiveurs.
Olivier Odisio son entraîneur fait un bilan et donne quelques pistes pour une saison que tous souhaitent le plus normale possible.
« Le club a su profiter de l’arrêt pour continuer à se structurer et travailler pour atteindre ses objectifs. Nous pouvons compter sur de nouveaux joueurs pour réussir ensemble cette première étape de jouer en division supérieure (N1). Le collectif a évolué avec le départ d’Eddy Constantin, Lucas Koesoebjno, Emeric Lainé, Emilien Velasco, Loudrick Raymond. Nous les remercions pour leur investissement auprès du club.
Le recrutement et l’arrivée de joueurs plus expérimentés qui viennent d‘un niveau supérieur permet à notre projet de mettre les jeunes en situation de responsabilité, mais aussi les encadrer, pas l’inverse. Dans la continuité de notre travail, nous souhaitons créer un amalgame et des associations pour que le collectif soit le socle de notre saison avec une forte identité venissiane : beaucoup de valeurs, de travail pour performer ensemble. Nous reprendrons le 2 août . Concernant le championnat et l’opposition, ce sera d’autant plus difficile car après 11 mois d arrêt, nous devrons prioriser dans un premier la reathlétisation, la prévention et la construction de notre projet de jeu pour travailler avec beaucoup dhumilité et d’abnégation afin de remporter ce championnat. Venissieux HB a toujours été attendu dans toutes les salles de nos poules car nous avons toujours affiché nos ambitions. Nous sommes un grand club, cela ne changera rien pour nous. De mon côté, je continuerai à prendre les matchs les uns après les autres avec cette volonté de gagner chaque rencontre comme toujours »

Les dessous cachés du sport

En 2014, Nicolas Guillermin journaliste à l’Humanité avait interrogé Patrick Vassort, maître de conférences à l’université de Caen à propos des accointances des grandes instances sportives avec les régimes autoritaires ou corrompus.
Nous reproduisons quelques extraits de ce questionnaire qui démontre bien les dessous cachés des gestionnaires du sport international.
A propos des instances comme la FIFA, le CIO, Patrick Vassort affirme que : « La puissance du système sportif mondial est telle que personne ne s’oppose à une organisation dans un pays où les droits de l’homme ne sont pas respectés, de peur de ne pas obtenir la suivante »
Patrick Vassort souligne que 90 % des retombées économiques reviennent au CIO alors que les investissements sont fa réalisés sur fonds public.
« Pour construire des équipements et des infrastructures, il faut détruire des zones d’habitation, souvent les plus pauvres (quartiers historiques de Pékin, favelas au Brésil, l’Est londonien…) qui deviennent des quartiers bourgeois. Et les investisseurs et les constructeurs du bâtiment y trouvent leur compte »
Enfin il démontre que le CIO est devenu un sorte de think-tank hautement lucratif
« Avec la financiarisation du monde, tout un réseau s’est créé autour de capitaines d’industrie, de représentant du luxe et de conseillers politiques de pays émergents. De nombreux membres multiplient les allers-retours entre le secteur privé et les responsabilités gouvernementales. L’objectif du CIO, c’est de créer une sorte de gouvernement mondial du sport qui serait entre pouvoir et économie »
Patrick Vassort a coécrit avec Simon Maillard :
« CIO, Fifa : le sport mortifère », éditions Le Bord de l’eau

Pierre Albalate, sportif et résistant

Une photo sépia de Pierre Albalate est apposée sur l’un des murs du hall d’entrée  du gymnase de la rue Roger Salengro, un équipement sportif quiporte son nom.  Qui était-il ?
Le 2 septembre Vénissieux s’apprêtera à fêter ce dimanche, le 77e anniversaire de sa libération. Face aux troupes allemandes qui occupait la France d’alors, des jeunes et des moins jeunes ont fait don de leur vie.
Ils personnifient la fidélité absolue à leur idéal de liberté et d’indépendance. Parmi ces victimes de la barbarie nazie figure Pierre Albalate dont le complexe sportif rue Roger Salengro porte son nom.

Né à Lyon le 5 décembre 1918, Pierre Albalate était le quatrième enfant d’une famille villeurbannaise qui en comptait dix.
Ouvrier et militant syndicaliste, le jeune Pierre se découvre une passion pour le basket. Il y excelle au point de devenir champion du Lyonnais honneur. Sportif éclectique, il pratiqua  diverses autres activités physiques : football, athlétisme. Pourtant il donna sa préférence au cyclisme. Le champion émérite remporta de nombreuses courses régionales.
Pris dans la tourmente de la seconde guerre mondiale, il fut incorporé au 159e Régiment d’Infanterie Alpine à Briançon le 27 novembre 1939. Il fut démobilisé le 15 octobre 1942.
Il rejoignit la « Résistance ».  Pierre Albalate fut l’un des fondateurs du Maquis de Prémanon-Lamoura (Jura).
C’est au retour d’une mission qu’il fut arrêté par les Allemands.
Pris dans la rafle de Bourg-en-Bresse du 10 juillet 1944, dirigée par Klaus Barbie, il fut fusillé le 13 juillet.
C’est lors même journée que le Commissaire Chaprier de Bourg-en-Bresse fut prévenu que six corps devaient être évacués de la caserne Brouet.
Les Allemands expliquant que ces otages avaient tenté de fuir.
Parmi les victimes figurait un inconnu qui s’avéra être le sous-lieutenant Pierre Albalate.

%d blogueurs aiment cette page :