Les résultats sportifs de cette fin de semaine

Athlétisme : 
Les athlètes de l’AFA Feyzin-Vénissieux ont obtenu de bons résultats cette fin de semaine 
Lors des championnats du monde masters qui ont lieu à Tampere en Finlande, ce dimanche  sur le 10 km marche , Liliane Bonvarlet finit 5e /10 en  W65 en 1h07’47. Son mari Patrick Bonvarlet termine 5e sur 16 en M60 en 59’08″6
Prochaines épreuves programmées le mercredi 6 juillet, le 20 km marche

Lors des championnats régionaux cadets et + qui a eu lieu à à Clermont-Ferrand, l’AFA obtient 12 podiums : 2 champions, 8 vice-champions , 2 troisièmes places et 4 records de club.
Les médailles d’or sont pour :
Léa Kazeem au triple-saut JUF avec 11m71.
Le relais 4x100m toutes catégories en 42″38 (record de club) avec Tom Sartelet, Danick Degoul, Nel Martinez, William Bert.
Les médailles d’argent sont : 
Awa Saley au poids SEF avec 11m68 et au disque SEF avec 33m74.
Nel Martinez au  200m CAM en 22″58 et au 400m CAM avec 50″20 – record du club CAM.
Danick Degoul, au 100m JUM avec 11″13 (+1,1) au 200m JUM en 22″71
William Bert,au 200m senior en 21″81 
Tom Sartelet au 400m SEM avec 48″04 – record du club TCM.
Les medailles de bronze sont pour : 
Chloé Geniez au 400m SEF avec 48″15.
Annette Likweti au poids SEF avec 9m45.
A noter que Lucas Moulard a battu le record de club toutes catégories sur 1500m en 3’55″99

Patrick Bonvarlet au départ du 10km marche – Photo : © AFA Feyzin-Vénissieux
Liliane Bonvarlet lors de son 19km – Photo : AFA Feyzin-Vénissieux

Judo : 
Ce vendredi soir, l’ALVP Judo a clôturé sa saison au gymnase Jacques Anquetil avec son traditionnel gala. Soixante-dix-neuf judokas ont participé.  Les parents volontaires des enfants nés de 2014/2017  ont été mis à contribution sur le tatami installé dans le gymnase. 
Cette fête et la saison s’est achevée tous réunis autour d’un excellent barbecue.

L’ALVP Judo a fini sa saison par son traditionnel gala – Photo : © D.Y.

Karaté :  
Le  Bunkaï Karaté Do Full Contact a parachevé une belle année sportive par son traditionnel gala de fin d’année qui a eu lieu ce samedi en fin d’après-midi dans la cour de l’école Pasteur.  Demonstrations, barbecue étaient présents au rendez-vous.
Retour au gymnase le 2 septembre pour tous après d’excellentes vacances.

Le Bunkaï Karaté Do full contact a parachevé sa saison sportive – Photo : © BKD

La belle saison de l’école de rugby

Ce samedi après-midi  en présence de Nacer Khamla adjoint à la politique sportive a eu lieu la fin de la fête de l’école de rugby de l’US Vénissieux Rugby.

Actu-Vénissieux a rencontré Gaelle Cerro vice -présidente de l’US Vénissieux Rugby pour faire le point sur  sur une des composantes actives du club
«  Cette saison a été positive pour nos petits avec plus de 30% en plus d’effectif . D’ores et déjà, nous avons des gamins qui se sont inscrits pour la saison 2022/2023.  Nous avons un effectif de 50 enfants de U6 à U12. Le groupe a de nouveaux entraîneurs  qui nous ont rejoints et effectués leur formations. Nous avons recruté  un apprenti « Campus 2023’  depuis début juin ( dispositif Coupe du Monde 2023 institué par la FFR qui a embauché 2023 apprentis) »

Les faits notables de la saison de cette EDR qui est en entente avec Saint-Priest et Mions  sont :

  • La progression de U14 émanation de l’cole de rugby . Ceux-ci ont évolué en poule A.
  • Une grosse partie de l’équipe U12  monte en U14 

Ce samedi après-midi ont profité des installations pour faire la fête avec des jeux, des relais, de petites rencontres, de la convivialité et comme c’est souvent le cas , la manifestation s’est terminée autour d’un buffet que les parents avaient confectionné.

Le Sen No Sen Karaté Vénissieux a soufflé ses 40 bougies

Ce samedi les 253 adhérents du Sen No Sen Karaté Vénissieux ont fêté les 40 ans de l’association au cours d’une journée où stages et soirée festive ont rythmé cet anniversaire

En matinée et dans l’après-midi au gymnase Jacques Anquetil, divers champions du monde et d’Europe invités par le club parmi lesquels Lila Bui Sophia Bouderbane, Kenji Grillon et Alexandre Biamonti  ont essayé de partager leurs expériences avec les plus jeunes et moins jeunes du centre de formation  
En 1982 lors de sa création le club s’appelait Atémi Karaté club . Il fut fondé en à l’initiative de   Djamel Bezriche car la demande de karaté était forte sur la commune. C’est en 1984 qu’il devint Sen No Sen Karaté pour ne pas créer de confusion avec le club feyzinois créé un an auparavant 
« La traduction de Sen No Sen est « l’attaque dans l’attaque » soit quand le karatéka adverse attaque, on le contre par une contrattaque. C’est un précepte que Djamel développe beaucoup dans ses entraînements. C’est la vraie identité du club » souligne Ghislaine Barbin ex-karatéka et présidente du club depuis 11 ans. 

D’ailleurs, la fidélité au club est aussi une valeur puisque Jean Berhoun Louis-Marc Chagnard et Robert Di Ruscio ont été les trois seuls prédécesseurs de Ghislaine.

En 40 ans le club a connu des hauts et des bas. A ce jour, ils sont 253 à occuper les créneaux horaires que la municipalité met à leur disposition au gymnase du centre. 
« On peut difficilement faire mieux actuellement.   Nous avons 4 professeurs salariés et 4 professeures bénévoles. Nos 8 intervenants ont tous à côté une activité professionnelle.  Car le karaté ne nourrit pas son éducateur.  Dix bénévoles composent le conseil d’administration et on peut compter sur une vingtaine d’actifs que l’on retrouve lorsque nous organisons des manifestations » ajoute Ghislaine.
A l’avenir le club compte développer le secteur compétition après avoir mis le paquet sur l’école de sport en partenariat avec la ville.
«  Nous  avons obtenu de bons résultats notamment avec Ilyes Elguir aux championnats d’Europe.  Après le Covid, la petite équipe de karatékas qui est revenue est motivée ; elle performe et fait peur au niveau national. Pour ce faire, il va falloir recruter des professeurs, car il faut du monde pour assurer les cours et là nous sommes un peu légers. Il va falloir se « professionnaliser » dans notre manière de gérer les déplacements. Tous les déplacements cette année ont été effectués par Djamel Bezriche et Stéphane Gothuey , c’est très lourd pour eux . L’idée pour la saison prochaine est de structurer un peu plus, de prévoir une réelle communication. Le club va s’appuyer sur deux nouvelles recrues dont une qui est en master évènementiel et une autre qui est journaliste. L’autre point à développer est la recherche de partenaires. On sait faire, mais il fait se donner du temps et du monde. Nous avons aussi un preparateur physique à qui nous allons faire appel Le club a peut-être 40 ans mais il est frais comme un gardon. Nous continuons toujours à être attentifs aux personnes en situation de handicap via l’IME Jean-Jacques Rousseau» conclut la présidente.

Une ode aux girouettes

Pas de commentaires de notre part concernant les élections législatives 2022. Juste un petit poème à ceux qui ont un jour renié leurs engagements et qui jouent avec le feu en oubliant le front républicain. Cinq ans c’est long. La précédente législature n’a pas été des plus réjouissantes. Celle qui s’annonce non plus.

Girouette un jour, girouette toujours.
Cela pense blanc un soir,
Gris le lendemain 
Et noir finalement le soir suivant.
Cela mange à tous les râteliers,
L’amour-propre ne connaît pas !
Leurs idées sont celles des autres,
Sans passé, ni avenir.
Aux pieds des dieux et maîtres,
Ils rampent tels des limaces.
Leurs baves acides
Ont détruit l’espoir.
Cerveaux lents, 
Aux idées creuses
Eau un jour, poison toujours.

Le devoir de mémoire

Le 26 août 2022 aura lieu le 80e anniversaire de la rafle des juifs de la région Rhône-Alpes, qui avait été rassemblés dans le camp régional de Vénissieux. Les baraquements étaient alors situés dans l’Arsenal devenu depuis une zone franche urbaine. 

Lors du 70e anniversaire, au n° 27 la rue de la République, une plaque commémorative avait été apposé par Michèle Picard maire de Vénissieux pour le 70ème anniversaire. une cérémonie qui avait eu lieu en présence de Serge Klasfeld, de représentants de diverses associations qui sont intervenues dans le camp, mais aussi de rescapés et des élèves du collège Aragon qui avaient rendu un vibrant hommage à toutes ses victimes de l’ignominie humaine.

En ces temps-là, de « chagrin et de pitié  » comme relaté par Marcel Ophüls dans le film éponyme, où la servilité des autorités françaises  aux ordres de  l’envahisseur était la règle,  et où le silence d’une très grande majorité du peuple français était assourdissant,  quelques milliers d’hommes et femmes se sont dressés devant l’inéluctable.
Beaucoup d’entre eux français et étrangers sont restés anonymes. Certains ont péri dans les divers maquis qui ont combattu l’ennemi, fusillés au bord d’un chemin au nom de l’État français des  sinistres Petain et Laval , d’autres, une fois la libération venue, ont retrouvé leur vie antérieure.
Anonymes, ils étaient, anonymes, ils le sont restés.
Pour ces résistants pour qui les mots liberté, égalité, fraternité avaient une valeur, il existe un devoir de mémoire que chacun a droit d’exercer ne serait-ce pour ne pas oublier et pour que cela ne se reproduise plus.

Comme le relate Pierre Stolze dans son ouvrage :  » Georges, Simone et Salomon, histoire d’un réseau » aux éditions Lucien Souny, Georges Garel faisait partie de cette « armée de l’ombre. »   
Pierre Stolze évoque le fait que le réseau que dirigeait Georges Garel avaitnsauvé 5000 enfants juifs entre 1942 et 44.
Il  raconte aussi comment Salomon Jassy, rescapé de l’extermination grâce à ces hommes et femmes, avait retrouvé Simone (sa mère) avant de la faire nommer Juste devant les Nations à l’âge de 90 ans.

Qui était Georges Garel ? 

Il y a 70 ans se sont déroulées les grandes rafles organisées par l’État français de Vichy.
Le 26 août 1942, de nombreux français de confession juive furent internés dans un camp régional implanté rue de la République à Vénissieux. Une action de résistance permettra à des associations de secours d’arriver à extraire et sauver 108 enfants d’une mort certaine.
L’action clandestine de l’Organisation de Secours aux Enfants (OSE) consacrée au sauvetage des enfants de la zone sud a été incarnée par le circuit Garel.
De son vrai nom Grigori Garfinkel dit « Gasquet« , est né le 1er mars 1909 à Vilnius. Ce lituanien  est décédé en 1979.
En 1942, il se trouve à Lyon et travaille en tant qu’ingénieur électricien pour la Compagnie électro-mécanique (CEM).
Dans une pension où il prend ses repas, il rencontre l’Abbé Glasberg, Nina Gourfinkel, Raymond Winter, tous engagés dans des actions clandestines.
L’Abbé Glasberg représentant de l’Amitié Chrétienne et Charles Lederman représentant de l’O.S.E. en zone sud l’introduisent dans le fort de Vénissieux transformé en camp pour y regrouper les 1 200 Juifs étrangers arrêtés le 26 août 1942 et destinés à être déportés.

Georges Garel est chargé de faire sortir les enfants de moins de 16 ans qu’il est encore possible de libérer.
Ce travail (criblage) consiste surtout à arracher des enfants aux mères qui refusent de les leur confier.  Sur le site internet  » Anonymes, justes et persécutés durant la période nazie« , Georges Garel décrit ainsi le climat à l’intérieur du camp de Vénissieux.  » J’avais conscience du fait que le sort de ces gens serait vite réglé. Mais nous ne pouvions pas dire brutalement : vous, vous êtes condamnés à mort, permettez au moins à vos enfants de survivre. Cependant, avec la panne d’électricité, nous nous sommes trouvés dans l’impossibilité de repérer les baraques où restaient encore les enfants, les familles auxquelles il aurait fallu parler de nouveau. En plus, notre tâche était rendue difficile par le fait que constamment on venait nous interrompre (…) Voyant le temps qui passait, nous sommes devenus plus autoritaires Quelques familles se sont exécutées… Lorsqu’une mère se cramponnait à son enfant, il fallait le lui arracher d’une manière aussi civilisée que possible… « 
Il faut encore, pour multiplier les sauvetages, falsifier des papiers.
Au matin, 108 enfants ont pu être réunis pour être libérés provisoirement du Fort de Vénissieux. Les enfants sont provisoirement à l’abri, mais le préfet de Lyon, Angeli, obéissant aux instructions de Vichy souhaite les reprendre. Avec l’aide de l’Abbé Glasberg de l’Amitié Chrétienne, du révérend père Chaillet, de Monseigneur Gerlier et de Georges Garel, les enfants seront placés pendant quelque temps par l’O.S.E. avant d’être cachés.

La plupart ne furent pas repris et échappèrent aux camps de la mort.
De cette nuit au fort de Vénissieux date l’engagement de Georges Garel dans l’action clandestine au service de la préservation des enfants traqués.


Sources :
*Pierre Stolze pour son livre « Georges, Simone et Salomon : histoire d’un réseau de résistance » – editions Lucien Souny
**Site internet : Anonymes, justes et persécutés durant la période nazie – http://www.ajpn.org/

Georges Garel – Photo : Droits réservés

La fête du cinéma

Du dimanche 3 juillet au mercredi 6 juillet, le cinéma Gerard Philipe participe à la Fête du cinéma. Cette année c’est la 37ème édition.
Les spectateurs bénéficient d’un tarif unique de 4 euros la séance, dès la première séance.

Au programme à Vénissieux, les spectateurs auront le choix.
A l’affiche, Buzz l’éclair, Irréductible, Jurassic World : Le monde d’après, Les goûts et les couleurs, La traversée, La Chance sourît  à Madame Nikuko, Entre la vie et la mort, El Buen Patron, Incroyable mais vrai, Les Minions 2, Décision, to leave, En Roue libre, Entre la vie et la mort

Repères :
Cinéma Gerard Phillipe
12, avenue Jean Cagne 69200 Vénissieux 04 78 70 40 47 cinemagerard.philipe@ville-venissieux.fr 
https://ville-venissieux.fr/cinema/Le-programme

Irréductible de et par Jérôme Commandeur – Photo : © DR

L’ALVP Basket cinquantenaire

Créée en 1972 , L’AL Vénissieux Parilly Basket a fêté ses 50 ans cette samedi et a pour l’occasion décidé de gâter ses licenciés avec une belle journée et soirée.  

Au programme, une kermesse festive avec une structure gonflable (toujours sur le thème du basket), un stand de maquillage, du chamboule tout mais aussi une session « dunk » pour les plus joueurs.

Ces réjouissances ont été suivies par la traditionnelle pétanque du club qui a réuni les habitués mais aussi de nouveaux venus. Pour autant, beaucoup manquaient à l’appel et, le club espère qu’ils seront de nouveau au rendez-vous l’année prochaine. 

Ce samedi 25 juin, petits et grands se sont donc retrouvés au club house du gymnase Guimier pour un moment convivial, entre retrouvailles et au revoir.

Le petit + de la soirée : la victoire de l’ASVEL avec Paul Lacombe formé au club diffusé en direct qui a réuni les troupes pendant que la pluie stoppait la pétanque.

Jacques Crozet du Comité du Rhône de basket , Christine Thiebault présidente de l’ALVP Basket et Nacer Khamla, l’adjoint aux Sports de Vénissieux – Photo : © ALVP Basket

Les sorties estivales à la journée

Lors des activités sportives proposées cet été du 11 juillet au 5 août, les éducateurs sportifs de la municipalité organisent des sorties  à la journée sur différents sites sportifs de la région  par exemple  Miribel Jonage, Septême, Pilat , Plateau d’Hauteville-Lompnes…


Ces sorties sont au prix de 8€ la journée
Les CE1/CE2 pourront s’adonner au tir à l’arc, équitation, accrobranche, mini-grimpe, kayak
Pour les CM1/CM2 au menu: vélo-BMX, rollers, trottinette tout terrain, tir à l’arc, tyrolienne, escalade, via ferrata, équitation, canyonning, paddle, kayak, canoë, spéléologie… 
Le lieu de rendez-vous est prevu devant la Maison des sportifs Roger Couderc au 10 rue Martyrs de la Résistance. 
Renseignements et inscriptions 
Service des sports
Maison des Sportifs Roger Couderc 10 rue des Martyrs de la Résistance
Tél. 04 72 50 74 02
Les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 9h à 12h et les mercredis de 8h30 à 17h. 

Photo © Sports Vénissians

L’AFA en mode perche

Ce samedi au stade Jean-Bouin de Feyzin, l’AFA Feyzin-Vénissieux a organisé  sa traditionnelle compétition de perche annulée lors des trois dernières éditions d’une part à cause de la crise sanitaire et de la canicule.
Dix-huit athlètes étaient présents  dont 4 de l’AFA

Victoire  chez les féminines d’Océane Rase-Pourchon de ESL Bron avec 3m20.
Chez les masculins : Simon Ducolombier de l’ESL Pierre Bénite s’impose avec 3m90
Résultats des sauteurs de l’AFA :
Sophie Poulard 2m45, Adèle Saudrais 2m30, Jérémy Cochard 3m30, Thibault Arsac-Janvier 3m10

Lors du 10 km de Corbas qui a eu lieu en nocturne pour la première fois, les 17 coureurs du club l’ont fièrement représenté.
Meilleures places pour :
– Thibault Arsac-Janvier, 18e en 39’20 qui était au challenge perche l’après-midi .
– Aurélie Soulas, 7e féminine en 45″17 et 2e M0F
A noter :
– Sylvie Pagan 3e M1F
– Nina Becanne, 1e M7F
– Patricia Galland, 2e M4F

Lors de Walk N’B dans le Beaujolais à Saint Etienne les Oullières, 6 marcheuses et marcheurs nordiques de l’AFA ont effectué  le 11,5 km

Meilleurs résultats :
En masculin, Roland Juillard 35e et 2e M6M en 1h26’24
En féminine, Marie-Christine Mattéi 19e en 1h38’05

Photo : © AFA Feyzin-Vénissieux

Le handball vénissian passé et présent, fêté

Le handball vénissian a fêté ce samedi comme il se doit, les 30 ans de son doublé coupe, championnat mais il a mis aussi en valeur le titre 2021/2022 de l’actuelle équipe de Nationale 2 avec 23 victoires sur autant de matchs joués.


Une journée souvenir qui avait commencé la veille dans un restaurant du Gerland, non loin du Palais des Sports, siège de l’exploit d’alors.
Ils étaient tous là, les champions sauf Laurent Munier et Gaël Monthurel excusés.
Mais on notait la présence de Sead Hasanefedic,  le  «  sorcier » croate qui avait  fédéré alors un potentiel qui ne demandait qu’à s’exprimer.  
Le samedi avait commencé par un recueillement sur la plaque funéraire de Lucien Lewandowski. Le cofondateur de ce club mythique repose en paix depuis février 2022 dans le cimetière de Vénissieux
Un barbecue a réuni ensuite anciens et jeunes champions, puis l’après-midi a été consacrée à quelques échanges de balles entre le vivier actuel de l’association Vénissieux Handball et ces champions.
L’apothéose a eu pour cadre en soirée l’Espace Joliot Curie. 
« Le handball a une place particulière à Vénissieux notamment grâce au Vénissieux Handball qui a une nouvelle fois porté haut les couleurs de notre ville le 4 juin dernier à Créteil… Cette cérémonie entend également fêter la double victoire d’il y a déjà 30 ans. Aujourd’hui, c’est l’occasion de saluer la belle évolution de Vénissieux Handball depuis sa création en 1965 sous le nom de l’Amicale laïque Centre Pasteur mais aussi ses présidents et ses générations de joueurs qui se sont succédé. Ce soir j’ai une pensée particulière pour l’un de fondateurs Lucien Lewandowski qui nous a quitté en février dernier. En 1952 avec son beau-père Rene Dauphin, il a alors créé une section de handball au collège Aragon. Les années 1990 ont marqué un tournant dans l’histoire du club qui devient un des piliers du handball national. Depuis le club n’a cessé d’évoluer, de nouveaux adhérents de nouveaux partenariats, de nouveau projets, de son implication dans la vie vénissiane et de nouvelles victoires. Mais comme parler du VHB sans parler de grands noms qui ont marqué l’histoire de l’association : Jean-Pierre Casas, Marie-France Rousset, Bernard Malfondet, quelques joueurs emblématiques notamment les 4 « Barjots » sans oublier Kervadec, Amalou, Julia…. Comme tous les Vénissians, je suis fier du VHB et de tous les titres, mais aussi de son projet, dont les valeurs sont le respect, la convivialité, la combattivité. Notre ville porte ses valeurs au quotidien dans sa politique du sport. » a souligné dans son discours Michèle Picard maire de Vénissieux.

André Gerin qui était le député-maire il y a 30 ans a ensuite prononcé un discours émouvant où son amitié avec Lucien Lewandowski a été mise en exergue : « Ce soir je pense à Jo Navarro, à Guy Fischer et à ces moments mémorables vécus au Palais de Sports de Lyon  où vous avez obtenu une victoire à l’arraché en finale de la Coupe de France. Je pense surtout ce soir à mon ami Lucien. Une personnalité formidable, u dirigeant sportif hors-paie, un homme d’exception, l’artisan du haut vol avec le virus du hand qui a beaucoup sacrifié pour son sport. Je veux dire ce soir, la ville est redevable au club, elle est redevable aux « Barjots ». Ceux-ci ont rapporté, ont porté, ont redonné un visage positif à la ville. Tous ceux qui connaissent notre histoire après les étés chauds des Minguettes de 1981/1983, c’est une image qui nous a collé à la peau. Une détestable image balayée par les exploits du club, des Barjots et de Lucien. Pour moi c’est un élément fondamental de démontrer que dans ce pays, dans cette ville, il ne faut pas s’arrêter aux caricatures, il ne faut pas s’arrêter aux images truquées, à l’acharnement médiatique contre notre ville et ses habitants. Nous avons réussi avec vous et avec d’autres à montrer qu’il y a une jeunesse positive, une jeunesse constructive, une jeunesse conquérante et la consécration des Barjots aux  JO de Barcelone 1992 a été l’apothéose. Cette folle aventure resonne aujourd’hui encore dans nos cœurs et nos têtes et je crois que l’on peut être fier avec le club aujourd’hui qui a repris le flambeau et peut-être l’héritage au plus haut-niveau. Lucien l’humaniste, le complice, de conviction républicaine, un engagement laïque, un homme, un ami humble, une personnalité vénissiane exceptionnelle qui a marqué beaucoup de générations et on le voit ce soir. Nous devons tous autant que nous sommes restés fidèles à ces valeurs son éthique, à sa rigueur de vie car Lucien est un ami de nous tous, un ami personnel, une belle personne, un homme authentique et je le dis sans complexe, nous sommes encore sous l’émotion quand on pense à toi Lucien »

Patrick Singla président du Comité du Rhône et de la Métropole de Lyon de handball a expliqué la fierté du comité envers le club pour ses performances passées et récentes. « J’espère que dans le futur nous aurons une équipe qui représentera le Département au plus haut-niveau et que l’on retrouvera ce que nous avons connu il y a 30 ans avec votre titre et votre doublé. C’est très important pour le comité une région.  J’espère le vivre avec un club où le nom Lyon figurera et qu’on puisse montrer que l’on peut jouer au haut-niveau même chez-nous »

« Le handball a Vénissieux fait partie du patrimoine vénissian., patrimoine de la ville et de la région avec un rayonnement au niveau national. Vénissieux Handball est le club de handball le plus titré de la région. Jean-Pierre Casas je vous félicite d’avoir amené le club au plus haut niveau européen, votre aventure est gravée dans l’histoire de la discipline. Un nouveau titre, le cinquième est arrivé dans le palmarès du club. Messieurs les joueurs de 1992, c’est avec fierté et honneur de vous recevoir, messieurs les joueurs 2022, cette saison riche en émotions car demeurer invaincu toute une saison est un exploit remarqué » a ajouté Gilles Clauss président du VHB 
Benito Florès a ensuite rendu un hommage aux disparus à Slimane Ouerghemmi Serge Saissac, Serge Darignac, Bruno Azzour, Zlatko Portner et bien sûr Lucien Lewandowski 

Ensuite sur la tribune, les joueurs du doublé » 1992 et ceux de 2022 ont été applaudis par l’assistance.
Avant le repas dansant, Jean-Pierre Casas d’IXIS Capital Luxembourg , puisqu’i s’agit bien de lui, le  nouvel investisseur du club (Une nouvelle dont tout le handball régional est au courant) a précisé lors d’une visioconférence depuis la Bolivie difficilement audible , le rôle que jouera la fondation qu’il a créé dans la future société dirigée par Gilles Clauss et qui devrait permettre à l’ équipe fanion d’évoluer en  championnat National 1 voie d’accès à la professionnalisation (VAP).
Une chose est certaine cependant ni le capitaine Maxime Alvès  (Caluire – N1) , ni Felix ( Saint-Genis-Laval – N3), ni Prioux (Villefranche – N2) et bien sûr le coach Olivier Odisio ne seront présent dans le nouveau projet. Bien dommage !

%d blogueurs aiment cette page :